Une visualisation très simple de la Prière en sept lignes

Guru Rinpoché | Maîtres tibétainsDodrupchen Jigme Tenpe Nyima

English | Français | བོད་ཡིག

Dodrupchen Jigme Tenpe Nyima

Guru Padmasambhava

Plus d'infos:

Une visualisation très simple de la Prière en sept lignes

par Dodroupchen Jigmé Tenpé Nyima

*Hommage au guru !

Voici une visualisation extrêmement succincte et simple pour la récitation de la Prière en sept lignes au précieux Guru d'Oḍḍiyāna.

Arrangez les offrandes dont vous disposez devant une statue de Guru Rinpoché ou devant d'autres représentations des trois sortes.[1] Puis, faites face au sud et, concentré, récitez la prière d'une voix mélodieuse, comme le décrivent ces vers extraits de La Prière en sept chapitres :

Un chant exprimant un vif désir, aussi poignant que celui de l'enfant qui appelle ses parents,
Un son aussi doux que celui d'une guitare ou d'une flûte,
Priez ainsi par six fois durant le jour et la nuit !

Référons-nous à présent aux mots mêmes des Sept lignes en les commentant brièvement :

« Hūṃ » ici est l'ouverture, un appel, une demande.

La prière continue :

Au nord-ouest d'Oḍḍiyāna, sur une île du grand lac Dhanakośa, vous avez miraculeusement pris naissance, sur le vaste lit d'une grande fleur de lotus. Le moment de votre naissance fut accompagné d'événements merveilleux et de prodiges, tandis que tous les bouddhas vous investissaient de leur pouvoir et que les ḍākinī vous présentaient leurs louanges et leurs offrandes. En essence, vous êtes le Bouddha Amitābha, vous aviez donc jadis, déjà acquis l'accomplissement suprême ; néanmoins,vous vous êtes manifesté sous la forme d'un nirmāṇakāya de la famille du lotus pour dompter les disciples de ce monde de Jambudvīpa, et comme vous avez pris naissance d'un lotus, vous êtes connu dans tous les mondes des vīra et des ḍākinī sous le nom de « Né-du-lotus ». En Inde, vous avez commencé par faire le bien d'innombrables disciples, notamment des rois tels qu'Indrabodhi, des yogis tels que le seigneur Dampa Sangyé, et de nobles dames telles que la princesse Mandāravā. Puis au Tibet, vous avez établi l'ensemble des enseignements du Bouddha, amenant un nombre incalculable de disciples humains et non-humains à la maturité spirituelle et à la libération. Pour pacifier les maux de cet âge dégénéré, vous avez dissimulé des myriades de trésors, en nombre inimaginable. Enfin, à Dravira, vous avez assermenté les tramen, les dotant de pouvoirs miraculeux et d'instructions, et œuvré pour le bien de nombreux êtres humains, avant d'apparaître dans le monde d'une pureté inconcevable de la Glorieuse montagne couleur de cuivre, au centre du vaste lac bleu au cœur de Cāmara, l'île des rākṣasa. Là, dans l'étincelant palais céleste « Lumière de lotus », entouré des nombreux vīra et ḍākinī qui se meuvent dans le ciel, à la fois de sagesse et mondains, vous demeurez jusqu'à ce jour même sous votre forme semblable au vajra, au-delà de la naissance et de la mort, à l'abri du déclin et de la fin.

Lorsque nous contemplons chacune de ces qualités exceptionnelles, notre esprit est immanquablement transporté de foi et de dévotion.

La prière continue :

Je suivrai la voie que tu as tracée, Guru Rinpoché, et même si pour l'heure, je ne pratique pas le chemin avancé des étapes de développement et d'accomplissement, je prie intensément avec une dévotion fervente. Si ta forme séjourne au pays des rākṣasa, ta compassion ne connaît pas de limites et ta sagesse ne connaît pas d'obstacle. Alors, usant de ton pouvoir miraculeux, vif comme la pensée, viens, maintenant ! Accorde tes bénédictions, afin qu'ici et maintenant, instantanément, toute forme de maladie, de forces créatrices d'obstacles, d'actions négatives et d'obscurcissement, tout ce qui affecte notre corps, notre parole et notre esprit, et tout ce qui nous sépare de la splendeur des mondes supérieurs et du bonheur ultime soit pacifié, et que nous puissions obtenir sans effort tout ce qui est favorable, comme la longue vie, le mérite, la prospérité et les qualités de la transmission scripturale et de la réalisation.

Priez avec ferveur, en invoquant la compassion du guru et en l'invitant à exaucer votre aspiration.

Ce qui suit est en quelque sorte un résumé de la prière. Puisqu'il est « lourd » du poids des qualités insurpassables, « guru » fait référence à celui qui a les qualités spéciales d'un maître. Puis, pour signifier qu'il appartient à la famille padma et qu'il est né d'un lotus, nous invoquons « Padma » et prions : « Accorde-moi sans exception tous les siddhi (accomplissements) ordinaires et suprême, Hūṃ ! » Vous pouvez réciter ce mantra plusieurs milliers de fois par session, purement et clairement, sans le mêler à un discours ordinaire.

Puisqu'à ce jour, Orgyen Rinpoché réside toujours au royaume de la Glorieuse montagne couleur de cuivre, lorsque que nous l'adoptons comme champ de mérites, il n'est pas nécessaire de conclure la pratique avec une dissolution de la visualisation. À la fin de la session, récitez la Prière qui accomplit rapidement tous les souhaits (sampa nyourdroup) et dédiez les mérites.

Les bienfaits d'une pratique accomplie de cette façon sont décrits dans le texte du terma lui-même :

Pour ceux de mes enfants qui prient ainsi,
Il va sans dire qu'ils jouiront de ma protection,
Car ils seront les fils et les filles des bouddhas du passé, du présent et du futur.

Ayons confiance en cela, car le Guru ne ment jamais, et il est vital qu'aucun doute ne vienne s'immiscer dans notre pratique.

Matibhadra coucha par écrit les paroles de Tenpé Nyima en tant que mémento pour Sonam Palden.

Traduit en anglais par Adam Pearcey, 2015.
Traduction française sur la base de l'anglais, Comité de traduction française Rigpa, 2016.


  1. c.-à-d., des représentations du Corps, de la Parole et et de l'Esprit éveillés.  ↩

• Télécharger ce texte: EPUB MOBI PDF