Un conseil essentiel contenant des instructions complètes pour les bardos

Mort et Bardos | Conseils | Maîtres tibétainsLongchen Rabjam

English | Français | བོད་ཡིག

Un conseil essentiel contenant des instructions complètes pour les bardos

par Longchen Rabjam

Prosterné à leurs pieds, je rends un respectueux hommage aux maîtres sublimes !

Puisque cette naissance dotée des libertés et avantages, bien qu'acquise, n'est pas éternelle,
Gardez ces instructions présentes à l'esprit !

C'est maintenant, au cours du bardo intermédiaire de cette vie présente,
Qu'il importe de déterminer avec certitude que la sagesse de votre propre rigpa est le dharmakāya
Et, méditant sur sa clarté naturelle inhérente, en vous maintenant dans le flux ininterrompu de sa luminosité,
Tout, alors concourra au développement de la sagesse née d'elle-même.
Tout, alors concourra au développement de la sagesse née d'elle-même.

Dans le bardo de la mort, au moment où s'assemblent les quatre éléments,
Des sensations illusoires d'élévation et de chute, de tremblements et de perception floue[1] se produisent,
Dans le bardo de la mort, au moment où s'assemblent les quatre éléments,
Des sensations illusoires d'élévation et de chute, de tremblements et de perception floue[1] se produisent,
Accompagnant la dissolution de la terre, de l'eau, du feu et de l'air dans l'espace.
À l'instant où vous percevez que les facultés cessent, visualisez que vous vous dites : « Je suis en train de mourir mais il n'y a rien là qui doive me faire peur.
Qu'est-ce que la mort ? Qui meure ? Où se produit-elle ? »
Il s'agit seulement de rendre les quatre éléments empruntés qui sont des objets inanimés.
En présence de rigpa, la mort et la vie n'ont pas d'existence.
À la lumière de la forme[2] elle-même du dharmakāya, la pureté primordiale de l'union de rigpa et de la vacuité, dites-vous :
« Qu'est-ce que la mort ? Qui meure ? Où cela se produit-il ? »
Analysé ainsi, et parce qu'il ne peut être établi nulle part, le fait de mourir n'a aucune réalité.
Dans cette seule constatation, puisez confiance et courage.
Parce que la source d'où émerge rigpa ne peut jamais être tarie,
Au moment où terre, eau, feu, air et conscience se dissolvent dans l'espace Et où la luminosité de l'espace se fond dans la pureté,
Les six consciences se dissolvent dans la base de tout, le dharmadhātu.
À mesure que rigpa se sépare de l'inanimé, se fait jour une conscience pure, où les phénomènes sont épuisés.
La grande pureté primordiale du dharmakāya s'élève alors, libérée de l'esprit conceptuel.
Si, par un entraînement à cette pratique entrepris dès maintenant vous avez reconnu cela,
Vous obtiendrez instantanément la libération
Et accéderez à la double pureté du dharmakāya.

Bien que ce soit ainsi qu'elle s'élève, si vous échouez à la reconnaître,
Se présenteront ensuite des apparences de claire lumière, manifestations de la base.
En reconnaissant que ces sons, lumières et couleurs, pacifiés ou irrités, qui apparaissent dans l'espace,
Sont des auto-manifestations de rigpa,
Vous serez libéré dans l'état originel et atteindrez l'éveil.
Sachez, dès lors, reconnaître toutes les apparences comme intrinsèques à rigpa.
C'est par cette auto-reconnaissance de sa propre nature qu'on accède à l'état de bouddha.

Bien que ce soit ainsi qu'elles apparaissent, si vous échouez à les reconnaître,
S'élèvera alors le bardo du devenir, semblable au rêve.
À ce moment-là, en se remémorant un champ pur
Et après avoir pris refuge dans le lama et le yidam,
Certains sont libérés dans un pur royaume de bouddha ;
D'autres, par l'obtention des sept qualités de la naissance dans les royaumes supérieurs,
Sont assurés d'accéder à la libération au cours de leur prochaine naissance.

C'est la raison pour laquelle cette très profonde instruction essentielle,
Qui revient à placer l'état de bouddha dans le creux de la main,
Ravira mes disciples fortunés bien-aimés.
Longchen Rabjam Zangpo, un pratiquant de la Grande Perfection Naturelle,
S'est ainsi élégamment exprimé.

Par ces vertus, puissent tous les êtres, en nombre aussi infini que l'espace,
Atteindre l'Éveil au sein de l'espace primordial.

Cette instruction essentielle pour le moment de la mort, insurpassable introduction secrète, fut composée par Drimé Özer, héritier des Victorieux, sur la requête de disciples dévoués, à l'ermitage retiré de Khothang Rinchen Ling.

| Ce texte a été traduit en anglais par Adam Pearcey, 2010, qui a tenu à exprimer ses remerciements à Alak Zenkar Rinpoché et à Patrick Gaffney. Tulkou Thondu Rinpoché, dans son livre « Peaceful Death, Joyful Rebirth » (Shambala 2005), a donné une traduction partielle de ce texte qui, en tibétain porte le titre suivant : bar do'i gdams pa tshangs sprugs su gdab pa gnad kyi man ngag.

| Traduction française par Christian Magis, Comité de traduction française Rigpa, 2016.


  1. Phya phyo dénote une puissante sensation de mouvement de haut en bas et de bas en haut ; yam yom, d'être balloté de droite et de gauche et ban bun signifie flou ou brumeux.  ↩

  2. Sa forme elle-même est une non-forme. (Alak Zenkar Rinpoché)  ↩

• Télécharger ce texte: EPUB MOBI PDF