Conseils de la bouche de Nyala Sogyal

Genres littéraires › Conseils | Écoles et systèmes › Dzogchen | Pratiques › Méditation | Maîtres tibétainsTertön Sogyal

English | Deutsch | Français | བོད་ཡིག

Tertön Sogyal

Tertön Sogyal Lerab Lingpa

Plus d'infos:
Télécharger ce texte:

Conseils

De la bouche de Nyala Sogyal :

Tout en demeurant en méditation, vous pourriez veiller sur votre pratique telle une mère sur son bébé. Mais si, à ce moment-là, votre rigpa ne resplendit pas de conscience, vous ne serez pas en mesure de libérer la moindre pensée.

Que s’agit-il de libérer ?
Et les bonnes, et les mauvaises circonstances.

Les bonnes circonstances peuvent s’infiltrer furtivement, telles des voleuses, et si vous n’arrivez pas à être sur vos gardes, à les remarquer et à les libérer, elles se transformeront en force démoniaque de Dévapoutra (la séduction par le désir).

Les mauvaises circonstances surviendront de façon plus manifeste, suscitées par des choses telles que l’attachement à la forme d’une personne séduisante (femme ou homme) ou d’aversion à l’égard d’un ennemi.

Si vous n’êtes pas capable de les libérer, lorsque vous vous trouverez réellement face à ces circonstances, votre véritable échec en tant que pratiquant du Dharma sera alors révélé au grand jour.

Bien. Mais qu’est-ce qui libère ?
La sagesse de Rigpa.

Et que libérez-vous ?
Les pensées qui s’élèvent, bonnes et mauvaises.

Et comment les libérez-vous ?
Chaque pensée, au sein-même de rigpa, à sa propre place pure, comme les vagues qui retournent se fondre dans l’océan d’où elles proviennent.

Le seul et véritable signe que vous pouvez, ou non, libérer, survient lorsque vous rencontrez réellement, face à face, les pensées et les circonstances négatives qui surgissent en flamboyant telles un brasier ou en bouillonnant comme de l’eau qui bout. Si, à cet instant-même, vous êtes capable de les libérer, alors cela n’est rien de moins qu’un miracle.

Si vous pouvez libérer un attachement, une aversion, une pensée négative, de nombreuses ères de karma négatif sont alors purifiées.

Pour moi, une telle personne est un mahāsiddha ; pour moi, une telle personne est clairvoyante – même omnisciente.

Au cas où vous n’auriez pas entendu ce genre de conseil auparavant, je me suis dit que vous pourriez le trouver divertissant. C’est pourquoi, moi, le vieil homme, je l’offre à Lama Lobsang et à Guélèk – veuillez l’accepter avec joie !

| Traduit par France Manghardt et Ane Samten Palmo du comité de traduction française de Rigpa depuis la traduction du tibétain en anglais faite par Rigpa Translations à partir d’un manuscrit fourni par Kyabdjé Dudjom Rinpoché. Édité pour Lotsawa House, 2021.