Paroles du Bouddha

English (37) | Deutsch (3) | Español (10) | Français (13) | Italiano (2) | Português (2) | 中文 (3) | བོད་ཡིག (37)

Buddha

Bouddha Śākyamuni

Autres noms:
  • Siddhārtha Gautama
Plus d'infos:
Télécharger cette collection:

Une sélection d'œuvres du Bouddha lui-même, dont beaucoup figurent dans le Kangyur (bka' 'gyur), la collection canonique tibétaine de la Parole du Bouddha :

Bon augure

Dhāraṇī

Prières

Prières d’aspiration

Sūtra

« L’Aspiration aux actions bénéfiques » (bzang spyod smon lam) de Samantabhadra, tirée du Gaṇḍavyūha (un chapitre du monumental Avataṃsaka Sūtra), est si populaire et appréciée qu’on l’appelle la reine de toutes les prières d’aspiration. Elle est incluse dans la section « Dhāraṇī » du Kangyour (Toh 1095) et dans la section des textes divers du Tengyour (Toh 4377).

Populaire version nyingma de la célèbre Confession des transgressions du bodhisattva (byang chub sems dpa’i ltung bshags), aussi appelée Sūtra en trois sections (ou encore, « Sūtra des trois accumulations », phung po gsum pa’i mdo). On y invoque les trente-cinq bouddhas de confession pour purifier les chutes, fautes et transgressions du vœu de bodhisattva.

Possiblement le plus célèbre de tous les sūtras du Mahāyāna, le « Sūtra du cœur » est appelé ainsi puisqu’il condense le cœur, ou l’essence, de la perfection de la sagesse transcendante (prajñāpāramitā).

En réponse à une question du bodhisattva Ākāśagarbha, le Bouddha explique comment un bodhisattva sur le point de mourir devrait considérer l’esprit. Il importe, dit le Bouddha, de cultiver la compréhension de l’insubstantialité, de la grande compassion, de l’absence de références et du non-attachement, et de ne pas rechercher la bouddhéité ailleurs que dans la propre sagesse de l’esprit.

Le Sūtra du Rappel des Trois Joyaux est un sūtra populaire dans la tradition tibétaine. Il liste les qualités du Bouddha, du Dharma et du Saṅgha. Ce texte a inspiré de nombreux commentaires composés, entre autres, par Tāranātha (1575–1643), Könchok Jigmé Wangpo (1728–1791), Minyak Kounzang Sonam (1823–1905) et Ju Mipham (1846–1912).

Voici l’Aparimitāyurjñāna-nāma mahāyāna-sūtra ('phags pa tshe dang ye shes dpag tu med pa zhes bya ba theg pa chen po'i mdo, Toh 674 et 849). On dit que le fait de le retranscrire, de le copier, de le lire à voix haute ou de le vénérer avec des offrandes favorise la longévité et procure un mérite extraordinaire.

Dans le sūtra intitulé La Question de Maitreya (Toh. 85, Maitreya­paripṛcchā, byams pas zhus pa), Bouddha Śākyamuni narre comment Maitreya a formulé cette prière, alors qu’il était un bodhisattva aspirant à accomplir les six perfections et à cheminer sur les dix niveaux des bodhisattvas. Cette prière est aussi incluse dans la section du Tengyour contenant des textes divers (Toh 4378).

Ce site utilise des cookies pour collecter des statistiques anonymes et améliorer l'expérience.
Decline
Accept