Thangtong Gyalpo

Maîtres tibétainsThangtong Gyalpo

English (10) | Deutsch (3) | Español (1) | Français (7) | Italiano (3) | Português (1) | བོད་ཡིག (10)

Thangtong Gyalpo

Thangtong Gyalpo

Autres noms:
  • Chakzampa
  • Tsöndrü Zangpo
Plus d'infos:
Télécharger cette collection:

Grand Compatissant en personne, Seigneur des siddhas surgi de lui-même,

Tu as révélé de nombreux trésors anciens, tu en as caché d’autres pour l’avenir,

Et, avec tes pouvoirs miraculeux, tu as apprivoisé les disciples les plus difficiles.

Je te rends hommage, immortel Thangtong Gyalpo !

Textes par et sur le grand siddha et constructeur de ponts Thangtong Gyalpo (thang stong rgyal po, 1361 ?–1485) :

Prières

Ce quatrain de prise de refuge est communément appelé « Nos mères, en nombre infini comme l’espace » (ma nam mkha' ma'i skyabs 'gro). Cette prière fut d’abord révélée par Ka Ngapa Paljor Sherab (bka' lnga pa dpal 'byor shes rab) lorsqu’il eut une vision d’Avalokiteśvara, puis elle fut transmise à Thangtong Gyalpo, à qui elle était destinée.

On dit que cette prière a éradiqué une épidémie virulente qui frappait la fameuse ville monastique de Sakya, s’avérant efficace là où tous les autres moyens, y compris des rituels tantriques, avaient échoué.

Cette prière visant à soulager les terreurs liées aux conflits fut prononcée par le grand siddha Thangtong Gyalpo, au moment où une guerre ravageait Minyak, dans l’est du Tibet. On dit que ses mots furent d’une puissance telle que le conflit prit instantanément fin, et que la paix et la prospérité régnèrent.

Khyentsé Wangpo a composé cette supplique en cinq versets à Thangtong Gyalpo, à la requête du huitième Sangyé Nyentrul Rinpoché, en combinant et complétant des prières antérieures.

Thangtong Gyalpo s’est souvenu de cette supplique issue d’une vie antérieure, du temps qu’il était le bhikṣu Padma Karpo.

Cette prière d’aspiration fut originellement formulée devant la statue sacrée du Jowo Rinpoché à Lhassa. On lui attribue la fin de la famine qui sévissait au Tibet, particulièrement au Kham, en 1437.

Sādhanas