Traductions de Vincent Thibault

TraducteursVincent Thibault

Français (69)


Vincent Thibault

Plus d'infos:

Vincent Thibault est un écrivain, scénariste, éditeur, traducteur et pratiquant basé à Québec. En français, il a publié une quinzaine d’ouvrages, incluant des romans et des essais. Il a aussi traduit, à partir de l’anglais, des livres de Tulku Thondup, Traleg Kyabgon et Dza Kilung Rinpoché.

Textes traduits en français par Vincent Thibault

Atiśa Dīpaṃkara

Buddha

Populaire version nyingma de la célèbre Confession des transgressions du bodhisattva (byang chub sems dpa’i ltung bshags), aussi appelée Sūtra en trois sections (ou encore, « Sūtra des trois accumulations », phung po gsum pa’i mdo). On y invoque les trente-cinq bouddhas de confession pour purifier les chutes, fautes et transgressions du vœu de bodhisattva.

Cette brève invocation du Bouddha de la Vie infinie, qui figure dans le Nyingma Mönlam, combine un célèbre quatrain adressé à Amitāyus et le mantra et des passages tirés du Sūtra de la vie et de la sagesse infinies.

Possiblement le plus célèbre de tous les sūtras du Mahāyāna, le « Sūtra du cœur » est appelé ainsi puisqu’il condense le cœur, ou l’essence, de la perfection de la sagesse transcendante (prajñāpāramitā).

En réponse à une question du bodhisattva Ākāśagarbha, le Bouddha explique comment un bodhisattva sur le point de mourir devrait considérer l’esprit. Il importe, dit le Bouddha, de cultiver la compréhension de l’insubstantialité, de la grande compassion, de l’absence de références et du non-attachement, et de ne pas rechercher la bouddhéité ailleurs que dans la propre sagesse de l’esprit.

Dans le sūtra intitulé La Question de Maitreya (Toh. 85, Maitreya­paripṛcchā, byams pas zhus pa), Bouddha Śākyamuni narre comment Maitreya a formulé cette prière, alors qu’il était un bodhisattva aspirant à accomplir les six perfections et à cheminer sur les dix niveaux des bodhisattvas. Cette prière est aussi incluse dans la section du Tengyour contenant des textes divers (Toh 4378).

Buddhagupta

Chatral Rinpoche

Chokgyur Dechen Lingpa

Dilgo Khyentse Rinpoche

Dodrupchen Jigme Tenpe Nyima

Dudjom Lingpa

Fifteenth Karmapa

Fourteenth Dalai Lama

Gyalse Shenpen Thaye

Gyalse Tokme Zangpo

Jamyang Khyentse Chökyi Lodrö

Jamyang Khyentse Wangpo

Jigme Lingpa

Khenchen Ngawang Palzang

Khenpo Gangshar

Khenpo Pema Vajra

Khenpo Shenga

Lakṣmī

Longchen Rabjam

Minling Terchen Gyurme Dorje

Mipham Rinpoche

Une liturgie concise à réciter lors de grandes accumulations d’offrandes de gaṇacakra.

Une brève série d’instructions pratiques, en vers, composée à la requête de plusieurs débutants.

Dans ce court texte rédigé sous forme de conseils pratiques, Mip’am Rinpoché définit trois catégories – calme mental, mouvement et claire conscience –, et montre que la compréhension du « secret de l’esprit » mène à des niveaux de réalisation plus profonds.

Cette prière générale pour la longévité des détenteurs des enseignements fut composée par Jamgön Mip’am Rinpoché en 1888. Elle fait partie des liturgies récitées quotidiennement lors du Nyingma Monlam Chenmo, grand festival de prières tenu chaque année à Bodhgaya.

L’Excellent vase de la splendeur (dpal gyi bum bzang) est une offrande de festin (tshogs mchod) accompagnant Une pluie de bénédictions (byin brlabs char 'bebs), le célèbre yoga du maître axé sur Guru Rinpoché et la prière en sept vers.

Une des nombreuses prières en quatre vers que Mip’am Rinpoché a composées à l’adresse de Mañjuśrī. Celle-ci invoque les glorieux pouvoirs de la parole de la déité.

Cette pratique répandue, qui inclut une longue série de mantras, rehausserait le loungta (« cheval du souffle ») et protégerait des obstacles. La récitation quotidienne est encouragée.

Cette prière pour la propagation des enseignements de la tradition Nyingma est l’une des compositions les plus célèbres de Mip’am Rinpoché. Elle est récitée quotidiennement pendant le Monlam Chenmo, festival annuel. Elle a par ailleurs fait l’objet d’un important commentaire de Shéchen Gyaltsab Péma Namgyal (1871–1926), élève et détenteur de la lignée de Mip’am.

Ce guru yoga simple et répandu est axé sur la célèbre prière en sept vers (tshig bdun gsol 'debs) à Guru Padmasambhava qui fut d’abord révélée au 13e siècle par Chökyi Wangchuk (1212–1270).

Cette pratique simple d’Avalokiteśvara, le bodhisattva de la compassion, inclut une visualisation accompagnant la récitation du mantra en six syllabes, oṃ maṇi padme hūṃ (ou, si l’on préfère, le mantra en sept syllabes, oṃ maṇi padme hūṃ hrīḥ).

Nyoshul Khenpo Jamyang Dorje

Rigdzin Gödem

Rongzom Chökyi Zangpo

Śākyaśrībhadra

Shechen Gyaltsab Gyurme Pema Namgyal

Shechen Rabjam Rinpoche

Tertön Mingyur Dorje

Thangtong Gyalpo

Thinley Norbu Rinpoche

Tilopa

Tulku Thondup

Tulku Zangpo Drakpa

Yukhok Chatralwa Chöying Rangdrol